Source: https://reckyamadougou.com

Bénin : Condamnation à 20 de prison pour Madougou ou la paradoxe Talon

Source: https://reckyamadougou.comLe Bénin est sous le choc des condamnations infligées à AIVO et à MADOUGOU. Il ne fait l’ombre d’aucun doute que ces deux condamnations trainent dans leur sciage un puissant parfum de vengeance politique. Que ce qui est reproché aux deux personnalités soit vrai ou pas, le cas MADOUGOU dévoile le paradoxe TALON. Le Larousse définit le paradoxe comme un/une « Être, chose ou fait qui paraissent défier la logique parce qu’ils présentent des aspects contradictoires[1] ». Nous allons prouver en deux points ce paradoxe.

Le terrorisme

Le procureur de la république du Bénin accuse Madame MADOUGOU d’être responsable d’un « Ensemble d’actes de violence (attentats, prises d’otages, etc.) commis par une organisation ou un individu pour créer un climat d’insécurité, pour exercer un chantage sur un gouvernement, pour satisfaire une haine à l’égard d’une communauté, d’un pays, d’un système[2] ». On l’accuse en un mot d’être terroriste. A défaut d’avoir elle-même posé des actes de terreur, elle aurait donné de l’argent à des personnes chargées de l’exécution de ces plans macabres et cadavériques. Il y a eu des morts, beaucoup de morts en 2019, puis en 2021 en république de Bénin à cause de l’exclusion des partis politiques de élections respectivement législatives et présidentielles. Alors vu la gravité de l’accusation et les nombreux morts enregistrés lors en février/ mars 2021, on aurait pu s’attendre au dévoilement des preuves accablantes contre MADOUGOU. Au lieu de cela, il a été question d’un ténébreux plan d’assassinat d’un certain Carles TOKO pour un motif qui lui-même reste à éclaircir. Plus spectaculaire encore, l’exécution du plan d’assassinat est confiée à un colonel à la retraite et militant pour un parti politique proche du pouvoir. Même le piètre scénariste de Nollywood sait que personne n’achètera scénario aussi mal conçu. Personne, sauf la CRIET bien sûr qui semble tellement éblouit par ce mauvais film.

Quand va-t-on juger les criminelles des vrais morts : des Béninoises et des Béninois tombés les mains nues pour que la démocratie et la prospérité pour tous reviennent au Bénin ?

Une femme politique en prison

Le président Talon depuis son accession au pouvoir a martelé sa volonté de voir les femmes participer plus activement à la vie politique de la nation. C’est du moins son discours officiel. Lors de la première tentative de modification de la constitution, le gouvernement Talon et les députés qui le soutenaient avaient dit vouloir corriger les injustices faites aux femmes en introduisant des lois favorables aux femmes dans la nouvelle constitution. Mais curieusement, rarement l’Assemble nationale et le gouvernement ont été aussi peuplé de mâles.

Aussi le « promoteur des femmes », non content d’avoir empêché une courageuse femme de « compétir » contre lui, la jette en prison. Qui veut-on promouvoir et qui jette-t-on en prison ?

 

Le président nous a habitué à ses tours du magicien des contre-feux. Le mécontentement et l’incompréhension dans l’opinion sont très grands. Le magicien a encore un tour dans la poche. Peut-être viendra-t-il en libérateur en sauveur d’une femme en détresse par une grâce présidentielle ? Le peuple oubliant et se laissant enchanté par l’illusion chantera les louanges et la bonté du père de la nation. Que cela advienne demain, dans une semaine, dans un mois, dans six mois ou dans un an, il ne faut pas oublier qu’aucune illusion ne dure éternellement.

[1] Le Larousse en ligne

[2] idem

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.